THOMAS LAFFONT

THOMAS LAFFONT

JAZZ ! Ces quatre lettres résonnent à la perfection avec Thomas Laffont (basse) et Patrice Porcheddu (batterie).


Prendre le temps de souffler, de se poser et se laisser aller à la douce poésie de notes s’enroulant délicatement autour de nos émotions, goûter ce moment de plénitude qui succède à l’écoute de rythmes jazz qui savent si bien parler à nos sentiments, en douceur se laisser porter par les compositions douces et sobres de Thomas Laffont, en faire la bande-originale de nos nuits d’automne ou d’hiver, où se mélangent les voix de ces hommes et ces femmes qui chaque jour imaginent le spectacle de nos vies, où les mélodies se font la plupart du temps langoureuses ou patientes, mais aussi parfois angoissantes ou effrayantes, afin de nous troubler, nous émouvoir ou nous transporter dans un autre univers, un monde où le cirque des gens ne nous atteint pas, où le groove tient lieu de langage universel. En nous ouvrant la porte de sa maison au bord de la mer où résonnent du matin au soir des rythmes qui rendent nostalgiques ou rêveurs, Thomas Laffont et ses complices nous entraînent dans une sublime balade, sans mots ou presque, une douce errance musicale faite de morceaux au long cours, de sonorités qui se chevauchent et s’entremêlent pour mieux nous surprendre, d’instruments qui jamais ne tirent la couverture à eux mais, au contraire, jouent la carte de l’osmose dans la diversité pour nous embarquer et nous laisser, quelques minutes plus tard, rêveurs et ravis, heureux d’avoir fait, tel un Ulysse partant vers d’inconnues contrées musicales, un beau et paisible voyage, un inédit et savoureux road-trip au son d’un jazz vecteur de mille sensations agréables.


Loin des codes, des chemins tout tracés que parfois l’on nous demande de suivre aveuglément, existe une autre vision, une autre façon d’envisager les choses, de créer et de jouer. Ainsi, au croisement des esthétiques peut-on trouver des musiciens tels que Thomas Laffont, défricheur infatigable de textures sonores mises au service de  mélodies qui savent faire fi des genres, des frontières que le temps a imposé comme évidentes ou naturelles. Adepte d’une fusion qui laisse derrière elle l’expérimentation pour faire la part belle au métissage et au plaisir, il laisse sa basse 5 cordes, voguer en toute liberté, s’échapper au besoin dans quelques improvisations échevelées. S’inscrivant dès ses débuts dans lalignée des Miles Davis, Erik Truffaz ou encore Snarky Puppy, Thomas Laffont n’aime rien tant que ce jazz électrisant, ébouriffant, évoluant au-delà de sa zone de confort, cette musique à son image, humble et joyeuse, n’ayant pour but que de donner du plaisir à ses auditeurs.  Il était donc naturel qu’il s’allie avec d’autres musiciens, Jules Lapébie à  la guitare, Franck Lamiot à l'orgue hammond et Arthur Billès à la batterie, tous  issus comme lui de la scène marseillaise, amateurs d’univers singuliers et de mélodies chantantes, pour aller explorer des contrées musicales où la mélancolie  le dispute à la fraîcheur, où l’énergie est permanente et l’imagination toujours prend le pouvoir. De leur rencontre, de la confrontation de leurs influences et talents, est né un album, «The House by the Sea», en forme de rêve agité, voyage instrumental à bord d’un navire hors du commun nous invitant, bien que voguant sur des eaux tourmentées, à une douce dérive sur une mer de sérénité, nous offrant un périple enthousiaste, à la confluence d’improvisations jazz, de grooves urbains, de reggae et de rock, zone tumultueuse où tout semblepermis, où l’imagination s’empare de tous les rythmes passant devant elle pour créer des morceaux qui savent suffisamment prendre leur temps pour nous embarquer dans une autre dimension, celle d’une musique s’affranchissant de tout a priori pour déposer un peu de bonheur au fond de nos oreilles et beaucoup de rêves, plus ou moins heureux, dans nos esprits.

https://www.facebook.com/arazel74/videos/101572247...




https://youtu.be/cJBPg5-Uhnw
0 0
Feed